En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
 
Vous êtes ici :  Accueil
 
    Imprimer la page...
 
 
 
 
 

Bienvenue sur le site de l'Aeloc

      Qu'est-ce que l'AELOC ?

      Une association créée en 1987 qui rassemble toutes les personnes qui enseignent la langue d’oc ou veulent aider à son enseignement dans les établissements scolaires, publics et privés, ou dans le milieu associatif, professionnels ou bénévoles, en activité ou en retraite.
      L’AELOC est une association ouverte à tous, favorisant l’échange et le dialogue: elle s’adresse aux occitanistes comme aux mistraliens, ou à ceux qui n’ont pas de préférence.
       L’AELOC affirme que la langue d’oc appartient à tous les habitants de Provence-Alpes-Côte d’Azur quelle que soit leur origine. Elle agit pour valoriser tous les parlers authentiques de notre région, et pour resserrer les liens avec les autres régions occitanes ainsi qu’avec l’espace catalan et plus généralement le monde latin et méditerranéen.


     L'AELOC, c'est :

      L’AELOC vous propose:
   1. Son bulletin d’information La Tarasca
/ La Tarasco.   
   2.
Son service de vente (par correspondance ou en ligne) de livres, CDs, documents pédagogiques, albums pour la classe, etc.
   3. Un colloque bisannuel de niveau universitaire.
   4. Des journées de rencontre et de formation.
   5.
Des projets culturels pour les écoles et collèges de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.
   6. Une information personnalisée en fonction de vos besoins.
   7. Un réseau permanent d’assistance et d’échanges professionnels.
   8. Une lettre d'information par Internet afin de vous tenir au courant des dernières nouvelles concernant la langue d’oc et son enseignement.
   9. Des contacts de proximité dans chacun des départements de notre Région.
   10. Un site Internet interactif (informations, projets, actualités, ...)

      L'AELOC adhère à la Fédération des Enseignements de Langue et de Culture d'Oc, qui collabore avec les représentants des autres langues de France.


                                                        bandfelco.gif
 

      Elle est aussi membre de la Fédération des Amis de l'Instruction Laïque des Bouches-du-Rhône.
ail.png
 
       L'AELOC est subventionnée par
Logo_Pays_d_Aix.jpg       paca1.jpg     cg13.jpeg    logo-cg04.png     logo-aix.gif

Les 5 dernières nouvelles

Nouveau  Icones/Nouvelles_novas/ico_informations/button_0.pngDécès de Bernard MOULIN - le 30/03/2020 - 20:28 par beeth

L’AELOC déplore le décès de

Bernard MOULIN

survenu le 27 Mars 2020

(sans rapport avec l’épidémie de coronavirus)

Bernard MOULIN avait fait carrière dans l’enseignement après avoir été reçu brillamment à l’agrégation de mathématiques. Depuis sa jeunesse il s’est consacré à la militance pour la langue occitane dans le cadre de l’Institut d’Etudes Occitanes de Provence-Alpes-Pays Niçois.

Il est l’auteur d’ouvrages grammaticaux et lexicaux de première importance qui sont utilisés constamment par les enseignants et les usagers de la langue : sa Grammaire Provençale (Edisud, 2° édition, 2007) avec Guy Martin, son Dictionnaire de base français-provençal (Edisud, 2004) avec Guy Martin et Elie Lèbre, et sa Grammaire Occitane : le parler bas-vivarais de la région d’Aubenas, où il avait des origines familiales (2006, IEO Section vivaraise).

A tous ses proches profondément attristés par son décès l’AELOC adresse toute sa sympathie.

Alain Barthélemy-Vigouroux

Secrétaire de l’AELOC


Nouveau  Icones/Nouvelles_novas/ico_education/button_0.pngPétition "Pour que vivent nos langues" - le 28/03/2020 - 19:29 par beeth

L’AELOC APPELLE TOUS SES MEMBRES ET SYMPATHISANTS

A SIGNER ET DIFFUSER LARGEMENT

la pétition contre la dégradation

de l’enseignement de notre langue

lancée par la coordination régionale du mouvement « Pour que vivent nos langues » (Félibrige, IEO, Forum d’oc, AELOC, APLR, Calandretas)

Connectez-vous : http://chng.it/NTd59RCTMx

Pour_que_vivent.jpg

NON A LA DISPARITION DE L’ENSEIGNEMENT

DE NOTRE LANGUE RÉGIONALE

PROVENÇAL - NIÇOIS - ALPIN

Nous disons NON aux suppressions d’heures de cours de langue régionale dans les lycées et collèges suite aux réformes Blanquer et aux réductions des moyens ministériels ;

Nous demandons :

  • Une augmentation du nombre de postes de professeurs certifiés et agrégés d’occitan-langue d’oc enseignant le provençal, le niçois ou l’alpin, et des écoles où on enseigne la langue régionale ;

  • Le rétablissement des postes supprimés de conseiller pédagogique de langue régionale dans l’enseignement primaire et leur création là où ils n’existent pas encore ;

  • Le rétablissement de la formation en langue régionale des futurs professeurs des écoles dans les instituts de formation des maîtres (INSPÉ) ;

  • La mise en place d’un plan de développement de l’enseignement de notre langue régionale par convention avec le Conseil Régional et les Conseils Départementaux conformément à la loi ;

Parce que la langue originelle de notre région est ce qui fait depuis mille ans notre identité commune d’où que nous y soyons venus, et qu’elle est une part de l’identité des autres pays de langue d’oc et donc de la France ;

Parce qu’elle nous rend solidaires des autres langues de France (corse, catalan, arménien …) ou d’immigration présentes sur notre territoire ;

Parce qu’elle prépare nos élèves au bilinguisme précoce et les ouvre vers les langues voisines d’Europe et de Méditerranée.


Nouveau  Icones/Nouvelles_novas/ico_politique/button_0.pngPour Que Vivent Nos Langues - le 06/03/2020 - 21:26 par beeth

Pour_que_vivent.jpg

COLLECTIF NATIONAL « POUR QUE VIVENT NOS LANGUES »

Comité régional Provence-Alpes-Pays Niçois

En raison des mesures de confinement

REPORT DU RASSEMBLEMENT RÉGIONAL

DEVANT LE RECTORAT D’AIX-EN PROVENCE

prévu pour le Samedi 4 Avril 2020 à 11 heures

Une date ultérieure sera arrêtée pour le rassemblement

Les revendications sont naturellement maintenues

et continueront à être présentées au recteur de l’Académie de Nice, et celui de l’Académie d’Aix-Marseille, siège de la région académique, lors du Conseil Académique de la langue régionale qu’il a décidé de réunir le 30 Avril

Non à la disparition programmée

de l’enseignement de notre langue régionale

Provençal - Niçois - Alpin

Nous disons NON aux suppressions d’heures de cours de langue régionale dans les lycées et collèges suite aux réformes Blanquer et aux réductions des moyens ministériels ;

Nous demandons :

  • Une augmentation du nombre de postes de professeurs certifiés et agrégés d’occitan-langue d’oc enseignant le provençal, le niçois ou l’alpin, et des écoles où on enseigne la langue régionale ;

  • Le rétablissement des postes supprimés de conseiller pédagogique de langue régionale dans l’enseignement primaire et leur création là où ils n’existent pas encore ;

  • Le rétablissement de la formation en langue régionale des futurs professeurs des écoles dans les instituts de formation des maîtres (INSPÉ) ;

  • La mise en place d’un plan de développement de l’enseignement de notre langue régionale par convention avec le Conseil Régional et les Conseils Départementaux conformément à la loi ;

Parce que la langue originelle de notre région est ce qui fait depuis mille ans notre identité commune d’où que nous y soyons venus, et qu’elle est une part de l’identité des autres pays de langue d’oc et donc de la France ;

Parce qu’elle nous rend solidaires des autres langues de France (corse, catalan, arménien …) ou d’immigration présentes sur notre territoire ;

Parce qu’elle prépare nos élèves au bilinguisme précoce et les ouvre vers les langues voisines d’Europe et de Méditerranée


Icones/Nouvelles_novas/ico_medias/button_0.jpgLETTRE HEBDOMADAIRE DE L’EXPRESS - le 22/01/2020 - 10:10 par beeth

TRÈS IMPORTANT

S’INSCRIRE D’URGENCE À LA LETTRE HEBDOMADAIRE DE L’EXPRESS

SUR LES LANGUES RÉGIONALES

Il est capital de conserver sur un grand média national une chronique hebdomadaire favorable aux langues de France. Le journaliste qui la rédige nous signale que sa pérennisation va être examinée très prochainement par la rédaction du magazine et son maintien dépendra du nombre d’abonnés à la lettre numérisée. Il nous faut impérativement s’y inscrire en masse, c’est très simple et gratuit.

L’équipe de l’AELOC


             SUR LE BOUT DES LANGUES : C'EST LE MOMENT OU JAMAIS !

Vous le savez : rares sont les médias nationaux à s'intéresser aux langues de France, et je suis heureux et fier que l'Express soit l'un de ceux-là.
Vous le savez aussi : la presse écrite traverse une conjoncture difficile et il lui faut faire des choix. Concrètement, L'Express devra décider dans les semaines qui viennent de pérenniser ou non ma lettre d'information. Sa réponse dépend en partie de vous. Tout dépendra en effet du nombre d'inscrits qu'elle comptera au moment de l'arbitrage. Plus celui-ci sera élevé, plus sa pérennité sera assurée.
Dès lors, si vous jugez cette lettre digne d'intérêt, inscrivez-vous (si ce n'est déjà fait) et/ou faites inscrire vos relations. La démarche est d'autant plus facile que cette lettre est totalement gratuite.
Il suffit pour cela d'indiquer son adresse de messagerie en suivant le lien ci-dessous :

https://bit.ly/2L5eECJ

Michel Feltin-Palas, Journaliste à l'EXPRESS
 


Icones/Nouvelles_novas/ico_politique/button_0.pngPour Que Vivent Nos Langues - le 28/10/2019 - 19:18 par beeth

Mobilisation Générale Pour Que Vivent Nos Langues

Nos langues, ce sont l’occitan-langue d’oc, le basque, le breton, le catalan, le corse, le flamand occidental, l'allemand standard et dialectal alsacien et mosellan, le savoyard (arpitan-francoprovençal), les langues d'Oïl, les créoles et les langues autochtones des territoires des Outre-Mer.

Toutes résistent en France pour ne pas disparaître car elles figurent toutes à l’inventaire des « langues menacées de disparition » établi par l’Unesco. Malgré l’élan mondial pour que biodiversité naturelle et biodiversité culturelle soient enfin considérées et préservées, malgré les textes internationaux qui régissent les droits de l’Homme et les droits des peuples, l’État français, en dépit de multiples condamnations par l’ONU, continue son œuvre de destruction du patrimoine immatériel millénaire que sont nos langues et nos cultures.
 

Signez la pétition


Nouveautés du site

(depuis 45 jours)