En perseguissant vòstra navigacion sus aqueu site, acceptatz l'utilisacion de cookies per vos proposar de contenguts e servicis adaptats. Mencions legalas.
 
 
 
 
Siatz aquí :   Benvenguda » 10/09/2012Un marrit còup en Vauclusa
 
    Estampar la pagina...
    Estampar la seccion...
 
 
 
 
 

10/09/2012
Un marrit còup en Vauclusa

Lou chanjamen, es aro...

 

Rintrada de 2012: Un marrit còup en Vauclusa

 

      L'AELOC e sei partenaris an arpatejat d'anadas de tèmps per far crear mai un pòste de mèstre d'escòla cargat de far trachir la lenga regionala en Vauclusa.

      A la rintrada de setèmbre, la colèga que l'òucupa a aprés subran que serié reduch a n un mieg-temps. Ensin, son travalh considerable qu'a fach doblar en dos ans lo nombre d'escolans tocats per l'ensenhament dau provençau dins leis escòlas de Vauclusa s'atròva sagatat, estènt qu'un travalh a mieg-tèmps es una empacha evidenta per gaubejar un tau chantier.

      A l'ouro que lou Presidènt de la Republico va dèure teni son engajamen de fa signa la Charto Euroupenco dei lengo regiounalo, que soun amenistracien redugue encaro lei maigre mejan que li soun counsacra es un bèn marrit signau.

Es eviden que poudèn pas empassa uno talo decisien, e qu'anan si li oupousa de tóutei lei biais poussible autant de tèms que faudra, emé nouàstei partenàri abituau dau mouvamen òucitanisto e mistralen, emai emé nouasto federacien naciounalo la FELCO. Vous dounaren regulieramen de nouvello dóu front.

                                                                Lou burèu de l'AELOC

 

Nòstre corrier a M l'Inspector d'Academia

Nòstre corrier a M le Rector

Nòstre corrier a M lo Ministre de l'Educacion Nacionala

 

Un article de fons es èstat escrich per lo jornau Aquò d'Aquí, lo podètz legir aquí.

 


13/09/2012: Audience à l'Inspection Académique de Vaucluse
 

      L'Inspecteur de l'Education Nationale adjoint à l'Inspecteur d'Académie a reçu en audience le Jeudi 13 Septembre le secrétaire de l'AELOC.

      Il lui a donné des précisions sur les circonstances qui ont obligé le département à effectuer à la présente rentrée dans ses écoles cinq ouvertures de poste non prévues à la carte scolaire, l'une d'entre elles ayant été réalisée en prélevant un demi-poste sur deux missions départementales, l'une concernant les sciences naturelles, l'autre la langue d'oc, attribuées chaque année à titre provisoire. Il nous assure que l'Inspecteur d'Académie a souhaité ainsi maintenir au moins partiellement la mission en faveur de la langue régionale, et d'autre part veut faire créer pour la rentrée de Septembre 2013 un poste de conseiller pédagogique en langue vivante auquel pourra se porter candidate l'actuelle professeur des écoles chargée de mission en langue régionale.

      Le secrétaire de l'AELOC, après avoir fait valoir les graves inconvénients qui résultaient de la réduction des moyens, a déclaré que les démarches entreprises par son association et ses différents partenaires visaient à amener le niveau départemental, le niveau académique, et le niveau ministériel à collaborer pour trouver une solution rapide à l'amputation du poste pour la présente année scolaire. Il a pris acte de la volonté affirmée par l'Inspecteur d'Académie de stabiliser le poste en question par la création d'un poste de conseiller pédagogique, revendication que nous soutenons depuis plusieurs années. Mais il a formulé l'opposition de son association à la définition de ce poste comme englobant l'ensemble des langues vivantes. Cette solution reviendrait à régresser sur les moyens attribués à la langue régionale jusqu'à aujourd'hui, puisque le département y consacrait jusqu'à présent un poste entier, et surtout n'offre aucune garantie quant à la pérennisation d'une éventuelle dominante en langue régionale. On peut admettre que le conseiller de langue régionale puisse concourir très partiellement et provisoirement à aider le département pour la promotion des autres langues vivantes, dans l'attente d'une création de poste consacré aux langues étrangères, ou en aidant la vingtaine de conseillers pédagogiques des circonscriptions du premier degré à approfondir leur formation pour mieux intervenir en langue vivante comme leur polyvalence et leur connaissance au moins scolaire des plus répandues d'entre elles leur permet de le faire sur l'ensemble des matières du programme enseignées dans toutes les écoles.

      Nos échanges nous ont également conduits à évoquer l'intérêt de stabiliser l'enseignement de la langue régionale, comme le département des Bouches du Rhône l'a déjà fait dans une trentaine d'écoles qui portent le statut spécifique de centres d'enseignement continu de la langue régionale qu'on s'efforce de répartir progressivement sur l'ensemble du territoire.

      L'Inspecteur de l'Éducation Nationale adjoint nous a assuré que toute possibilité de compléter le poste qui pourrait survenir serait employée à cet effet, et qu'un courrier mettant par écrit les intentions de l'Inspecteur d'Académie envers la mission de langue régionale nous serait adressé prochainement.


Data de creacion : 10/09/2012 - 21:39
Darriera modificacion : 24/09/2012 - 11:39
Categoria : Archius - Nòstreis intervencions-2012
Pagina legida 9667 còps

Noveutats dau site

(despuei 45 jorns)
Informacions/Nòvas
16/01/2020 : - Manifestacions